Culture bio

La biodiversité

La biodiversité, un enjeu de la culture en bio

3 min

A l’occasion du congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) en septembre à Marseille la biodiversité est à l’honneur dans l’actualité. Mais que recouvre précisément ce terme ?

La biodiversité est le tissu vivant de notre planète. Elle est le fruit de l’évolution du monde vivant et recouvre l’ensemble des milieux naturels et des formes de vie et leurs interactions. On distingue la diversité des milieux de vie (des océans, prairies, forêts… au contenu des cellules), la diversité des espèces (y compris l’espèce humaine) qui vivent dans ces milieux et la diversité génétique des individus au sein de chaque espèce.

La biodiversité offre des biens irremplaçables : l’oxygène que nous respirons, notre nourriture et l’eau que nous consommons, les médicaments ou encore de nombreuses matières premières. Les milieux naturels et les espèces nous rendent aussi des services inestimables, comme les tourbières, les forêts ou encore les océans qui séquestrent le carbone. Par la pollinisation et la fertilité des sols, certaines espèces, notamment les insectes, nous permettent d’avoir des fruits et légumes dans nos assiettes ; les végétaux, en particulier dans les milieux humides, contribuent à une épuration naturelle de l’eau…

La biodiversité est malheureusement fragilisée par l’activité humaine et le réchauffement climatique. 75% des milieux terrestres et 40% des écosystèmes marins sont fortement dégradés. Un million d’espèces sont menacées d’extinction dans le monde. Le rythme de disparition est 100 à 1000 fois supérieur au taux naturel d’extinction : on parle d’une sixième extinction de masse des espèces.

L’UICN suit l’état de la biodiversité dans le monde, avec la Liste rouge mondiale des espèces menacées.  En 2021, sur les 134 425 espèces étudiées dans cette liste, 37 480 sont classées menacées, parmi lesquelles 41% des amphibiens, 14% des oiseaux et 26% des mammifères, ou encore 34% des conifères. Les milieux naturels sont également fragilisés : plus de 35 % des milieux humides littoraux et continentaux ont disparu depuis 1970 dans le monde et les forêts tropicales pourraient disparaître d’ici 50 à 70 ans au rythme actuel de la déforestation.

Les agriculteurs bio ont intégré depuis toujours les enjeux de la biodiversité. Les pratiques de l’agriculture biologique permettent en effet de protéger les espèces et de restaurer des écosystèmes terrestres et aquatiques grâce à la non-utilisation des pesticides de synthèse. L’entretien des prairies, des haies, des bandes enherbées et la rotation de cultures diversifiées offrent aussi des abris et des ressources alimentaires plus variées pour les espèces animales.

La diversité et l’abondance d’espèces permettent également la préservation des services écosystémiques tels que la pollinisation ou la fertilisation des sols. Ces bonnes pratiques créent un cercle vertueux qui aide les agriculteurs : Ainsi les abeilles pollinisent les cultures et les arbres fruitiers, les vers de terre fertilisent le sol, les coccinelles, les crapauds, les hérissons protègent les cultures….

Donner votre avis

En commentant, vous acceptez notre politique de confidentialité